APPROCHE HISTORIQUE DE L’INTRODUCTION ET DE L’ANCRAGE DE L’ISLAM DANS LA SOCIÉTÉ COMORIENNE

Depuis l’accession de notre pays à l’indépendance en 1975 et la création du CNDRS quatre années après, d’importants travaux de recherches dans toutes les disciplines ont été menés par des spécialistes comoriens et étrangers de différentes nationalités, notamment américaines, anglaises, australiennes, belges, françaises, malgaches, japonaises, suédoises et tanzaniennes. Les historiens et les archéologues nous apprennent que, dès le IIe siècle de l’hégire/VIIIe apr. J.-C, l’archipel fut le point extrême de l’avancée de l’Islam et des migrations des musulmans dans l’hémisphère sud. La pratique de l’Islam a connu deux grandes périodes historiques.

 

Dans un premier temps, la société fut fractionnée en sectes religieuses et ethniques. Le IIe siècle de l’hégire fut l’époque où les conflits politico-religieux déchiraient l’empire musulman. Des membres des sectes vaincues, après avoir combattu le califat, choisissaient l’exil plutôt que de se soumettre et venaient se réfugier sur la côte est africaine et dans l’archipel comorien. Les années suivantes, des sectes victorieuses étaient à leur tour vaincues et empruntaient la même voie pour venir s’installer dans les îles. À chaque arrivée, les immigrés s’organisaient en communautés fermées souvent hostiles les unes des autres tout en adoptant un comportement pouvant être qualifié de raciste à l’égard des anciens habitants de l’archipel.

 

Dans un deuxième temps, un effort d’éducation d’intégration des apports culturels, techniques et institutionnels des uns et des autres réussit à faire disparaitre les sectes et les discriminations raciales au fur et à mesure que la population se convertissait massivement à l’islam de rite chaféite. Du XVe siècle aux dernières décennies du XXe siècle, les caractéristiques fondamentales de ce peuple que l’histoire a créé à partir des groupes humains de races, de langues, de croyances très diverses venus de toutes les rives africaines et asiatiques de l’océan Indien, furent l’unité linguistique, l’unité religieuse, l’absence de tout facteur racial ou idéologique de différenciation sociale.

            

L’INTRODUCTION DE L’ISLAM

 

La première période historique de la pratique de l’Islam aux Comores commence au début du deuxième siècle de l’hégire avec l’arrivée des chiites Zaidites.  Les premiers musulmans à s’installer sur la côte orientale d’Afrique et aux Comores, selon J.C. Guilain (1856 p. 160), étaient des partisans de Zaid bin Zaïn al Anbidine ben Ali ben Abitwalib, le cinquième Imam des chiites. En 122H/739 apr. J.-C., l’Imam Zaid fut assassiné à la mosquée de Kufa sous le Calif Umeyade Hisham ibn Abdulmalik (724-743h). Une partie de ses partisans partirent pour le Yémen et fondèrent l’État Zayidite du Yémen en 220H/837 apr. J.-C.., tandis que d’autres partirent s’installer en Somalie et aux Comores.

 

Cliquez sur ce lien pour lire la suite

Post Your Comment Here

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *