Gènes de putschistes et gènes de séparatistes

 

Le Directeur de Cabinet du Chef de l’État a accusé, à la télévision nationale, le président Said Mohamed Cheikh d’avoir transféré la capitale de Dzaoudzi à Moroni. Il se réfère à la littérature coloniale comme beaucoup d’autres qui ignorent l’histoire même la plus récente. Il a aussi traité les Wangazidja de putschistes. Je ne veux pas laisser croire que ces propos sont ceux d’un représentant d’une île.  Ils expriment la pensée d’un groupe de personnes issue des générations politiques formées par notre école dans toutes nos îles.

 

Quand l’école coloniale apprenait à ses élèves que leurs ancêtres étaient des Gaulois, elle ne trompait que ses propres enseignants. Les élèves qui avaient fait l’école coranique et qui arrivaient chez les Wazungu âgés de plus de dix ans ne pouvaient pas être dupes. Ils avaient soif de connaître ce que les Arabes et les Bantu, leurs vrais ancêtres ont fait.

 

L’école de l’État comorien apprend à ses élèves que leurs ancêtres sont des Arabes et des Bantu, mais durant plus de 13 ans et maintenant beaucoup plus dans notre université, elle ne leur enseigne que ce que les Gaulois ont fait, oblitérant ce que les autres peuples ont apporté à l’humanité.

 

Notre cartésien ministre de la Défense semble convaincu que chaque île possède dans ses élites, une catégorie propre de gènes. Pour l’une d’elles, ce sont des gènes de putschistes qui imposeraient à l’État un gouvernement illégitime et pour les autres îles, des gènes de séparatistes qui hisseraient à tout moment sur une partie du territoire national un drapeau étranger et imposeraient un gouvernement illégitime.

 

J’ai cru utile de joindre à mes propos une esquisse de l’histoire des institutions politiques mises en place sous le régime colonial.

 

HISTOIRE DES INSTITUTIONS POLITIQUES
COLONIALES AUX COMORES

La génération qui entra en politique à la fin de la Deuxième Guerre mondiale avait reçu de ses parents, acteurs et témoins oculaires de l’histoire de la pénétration coloniale, un patrimoine commun des récits sur les villes bombardées par la marine française, les résistants tués par les corps expéditionnaires, les chefs traditionnels et religieux déportés par les Résidents, les terres spoliées par les planteurs, les chaises à porteurs (fitako) et les travaux forcés, etc. Ces connaissances sur une période charnière de l’histoire du pays et une expérience sociale acquise à l’école coranique, à la mosquée, sur les places publiques et dans les travaux communautaires au champ et au village, avaient forgé chez cette première élite francophone, enracinée dans sa culture, un profond sentiment de solidarité et de patriotisme.

 

Cliquez sur ce lien pour la suite 

Post Your Comment Here

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *